Dans la Nef, l’artiste réactive “l’Instrumentarium”, son installation/performance réalisée en 1985 dans le Forum du Centre Pompidou à Paris. Le dispositif consistait alors en une présentation de son arsenal d’instruments de récupération, de mesure et de circulation de l’eau issus de ses performances et installation précédentes grâce auxquelles il a peu à peu construit son propre vocabulaire stylistique.

« Depuis que je fais de la sculpture, j’entends dire : ‘‘Mais que faites-vous avec toutes ces choses que vous utilisez ? Ces seaux, ces fils à plomb, ces robinets ?’’ Et j’ai toujours répondu qu’il s’agissait d’abord pour moi de donner une nouvelle conscience des choses, d’oublier ce qui en elles les cantonne dans leur valeur d’usage… J’ai d’autre part toujours rêvé de pouvoir rassembler tout ce que j’ai pu faire. C’est là d’abord l’idée de “l’Instrumentarium” : mettre en scène le résultat de mon « travail », méditer avec et par lui… »
Ce projet concrétise l’un des objectifs de la programmation de la Nef : la réactivation de grandes installations historiques des années 1960 à aujourd’hui.

réserver
sa place

acheter
un ticket

dates

du 14 octobre 2017
au 01 avril 2018

renseignements et réservations

+33 0(2) 47 66 50 00
reservations@cccod.fr

klaus rinke

 

Klaus Rinke est l’une des figures majeures de l’art allemand et international. Il a enseigné à l’Académie des Beaux-Arts de Düsseldorf de 1974 à 2005.

Cherchant à appréhender et comprendre le réel dans sa dimension physique et matérielle, une grande part de son œuvre s’attache à rendre perceptible les principales notions abstraites qui fondent notre relation au monde: le temps, l’espace, la gravitation.

Traitée par l’artiste comme un matériau à part entière, l’eau est aussi un thème prépondérant de son œuvre. Un matériau toujours en mouvement, dont Klaus Rinke utilise l’énergie, les lois physiques et la symbolique vitale dans des installations et sculptures « en action ».

Si le travail de sculpture et de performance de Klaus Rinke se situe à la frontière de la science et de l’art, ses peintures et dessins au graphite sont une recherche sur la « forme ». Ces œuvres allient abstraction et réminiscences organiques, biologiques. « Pré-embryonnaires », mêlant l’humain, l’animal, le végétal, elles témoignent d’une quête de l’origine des choses.

https://www.cccod.fr/artist_portfolio/klaus-rinke

voir la page de l’artiste

Dans la Nef, l’artiste réactive “l’Instrumentarium”, son installation/performance réalisée en 1985 dans le Forum du Centre Pompidou à Paris. Le dispositif consistait alors en une présentation de son arsenal d’instruments de récupération, de mesure et de circulation de l’eau issus de ses performances et installation précédentes grâce auxquelles il a peu à peu construit son propre vocabulaire stylistique.

« Depuis que je fais de la sculpture, j’entends dire : ‘‘Mais que faites-vous avec toutes ces choses que vous utilisez ? Ces seaux, ces fils à plomb, ces robinets ?’’ Et j’ai toujours répondu qu’il s’agissait d’abord pour moi de donner une nouvelle conscience des choses, d’oublier ce qui en elles les cantonne dans leur valeur d’usage… J’ai d’autre part toujours rêvé de pouvoir rassembler tout ce que j’ai pu faire. C’est là d’abord l’idée de “l’Instrumentarium” : mettre en scène le résultat de mon « travail », méditer avec et par lui… »
Ce projet concrétise l’un des objectifs de la programmation de la Nef : la réactivation de grandes installations historiques des années 1960 à aujourd’hui.

Date

14 octobre 2017 - 01 avril 2018
Expiré!

Heure

8h00 - 18h00
Catégorie
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

Aller au contenu principal